« Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour » d’après la « Supplication » de Svetlana Alexievitch J-17 avant la première du 06/04/2016 au théâtre de La Manufacture des Abbesses.

« Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour » d’après la « Supplication » de Svetlana Alexievitch  J-17 avant la première du 06/04/2016 au théâtre de La Manufacture des Abbesses.

10980709_222892574728324_7240982650185139908_n

9782709619141-001-X_0

 

 

 

 

 

 

 

 

Tchernobyl, c’était il y a 30ans, le 26 avril 1986 et Fukushima il y a 5ans, depuis le 11 mars 2016.

bando-mob2016

 

 

 

Nous partagerons tous les jours, avant la première du 6 avril de « Valentina-Tchernobyl » et durant toute la programmation de notre pièce au théâtre de la Manufacture des Abbesses, des articles, informations, vidéos, photographies, oeuvres d’art en lien avec le nucléaire et les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima.

Ces liens sont mis en avantafin de favoriser réflexions et pensées autour de ces sujets sensibles et complexes.

Aujourd’hui , pour notre J-17, nous mettons en avant l’artiste OKABE MASAO, né 1942 à Hokkaido; et vivant à Hokkaido,

OKABE Masao

Installation view at The Sorachi Coalmine Heritage Art Project 2014 2014
photo: Chihiro Minato

Japanese contemporary artist Okabe Masao is internationally known for his works on the theme of history and memory, including frottage rubbings and drawings executed with earth. Since the late 1980s he has been making a series of rubbings of atomic-bombed remains in Hiroshima, which continues today with its scope broadened to include other cities such as Fukushima. Okabe is also actively engaged in collaborations and workshops. His major exhibitions include Art for the Spirit: The Gaze of Eternity (Hokkaido Museum of Modern Art, 2001), Masao Okabe Synchronicity Project (Hiroshima City Museum of Contemporary Art, 2005), Is There a Future for Our Past? (Japanese pavilion at the 52nd Venice Biennale, 2007), Hiroshima in Tasmania (Museum of Old and New Art, Tasmania, 2011), Remembering and Documenting Minamisoma (Minamisoma City, 2013), and the Sapporo International Art Festival 2014: City and Nature (Hokkaido Museum of Modern Art).

source : Aichi Triennale site pour découvrir ici

 

imgresnew01

 

 

 

 

 

 

Et nous mettons en avant les oeuvres et l’exposition « l’art dans le vide de Fukushima » datant de 2015, démarche et oeuvres très interessante à relayer même malgré le fait qu’elle date d’il y a déjà un an, nousavons trouver cette exposition et ces oeuvres d’art grâce au site Makery, le média de tous les labs, à lire ici.

 

Valentina_dossier_presse_WEB-1

10980709_222892574728324_7240982650185139908_n



« Valentina-Tchernobyl née pour l’amour »  Bande annonce ici : Valentina

pièce librement inspirée de « La Supplication » de Svetlana Alexievitch, prix Nobel de Littérature 2015, « VALENTINA-TCHERNOBYL » raconte l’hallucinante prise de conscience d’une femme amoureuse confrontée aux conséquences de l’explosion du réacteur nucléaire de 1986. Ce spectacle montre l’amour en lutte contre ces radiations qui détruisent jour après jour l’homme qu’elle aime. Une histoire vraie. Un témoignage vibrant de foi, de vie, d’abnégation et de révolte. Un cri et un murmure où l’amour triomphe.

Réservations possible ici au théâtre de LA Manufacture des Abbesses directement

quelques articles déjà paru sur Valentina-Tchernobyl

10391870_10154020398939246_8156101887529474559_n40237-ANousParis-723-Page-04140237-ANousParis-723-Couverture-3

« A réserver parcequ’il Vaut mieux Tôt que jamais, L’hallucinante prise de conscience d’une héroïne de l’amour confrontée aux conséquences de Tchernobyl (les radiations détruisent jour après jour l’homme qu’elle aime). Porté par Coralie Emilion- Languille, ce témoignage vibrant de foi et d’abnégation, s’énonce comme un cri d’amour doublé d’une révolte politique face aux forces glaciales de la science. Un bel hommage aux victimes de l’explosion du réacteur nucléaire le 26 avril 1986. « 

Et dans le Blog
Unknown-1

 

Sur scène, Coralie Emilion insuffle à ce personnage une douceur et une lucidité qui transforme ce monologue en une sorte d’épopée mystique et étonnante. Sur un plateau dépouillé, dans une lumière chaleureuse, le personnage de Valentina surgit comme une apparition. On croirait une toile en clair-obscur qui rappelle celles de De La Tour ou du Caravage… Un personnage qui vient comme un fantôme témoigner doucement, tantôt murmure, tantôt rire, tantôt ahurissement. Car le génie de ce spectacle est d’avoir su contrebalancer les visions effroyables des conséquences des radiations nucléaires sur un être humain par une dévotion amoureuse sans limite. Et l’on ressort à la fois terrorisé par ce dont est capable la folie humaine, et émerveillé par l’amour dont est capable la folie humaine. Un beau et grand frisson. 

article complet ici 

Bruno Fougnies

Unknown-2

67021_10202023314328354_1781371708_n

Bonne journée à tous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s